Constellation familiale « normale »

Quelqu’un est choisi pour faire sa constellation familiale.
Ce que j’appelle"casting" consiste ensuite à ce que cette personne choisisse ses figurants parmi les autres participants.
Chaque « figurant » est choisi pour jouer un personnage qui a un rapport avec la situation qu’on veut travailler.
Exemple : Pour un problème de divorce : "Vent du désert" choisit de faire représenter sa femme, ses deux enfants et l’homme avec qui sa femme veut refaire sa vie.
Ensuite, on travaille sur les ressentis en fonction des places de chacun jusqu’à ce qu’une résolution émerge pour celui qui a été choisi pour faire sa constellation familiale.

Constellation systémique professionnelle

Dans ce cas, c’est le système du travail que nous jouons avec ses propres places au lieu de celles du système familial.
Nous pouvons même représenter la structure d’une entreprise, en faisant jouer ses différents secteurs par des figurants (constellations structurelles, constellations d’organisation).
Mais il suffit de creuser un peu pour s’apercevoir, comme dans la constellation d’une phrase, que la famille n’est pas loin et que derrière tel responsable ou tel secteur de travail se cache une projection familiale.
C’est pourquoi leur pratique est utile d’un point de vue purement fonctionnel, elle sert à huiler des mécanismes et des structures, à les décoder, à trouver des solutions respectant l’écologie du système, mais n’atteint pas le niveau de profondeur d’une constellation familiale.

Constellation systémique d’une maladie

Chaque figurant joue soit un organe, soit une fonction corporelle du consultant, soit la maladie elle même.
Dans ce type de constellation, le sens de la maladie peut venir comme une évidence.
Non seulement le sens, mais aussi les stratégies de guérison, toujours à travers les ressentis et les sensations physiques des participants.

Constellation « familiale » des différents « moi »

Tous les figurants ne jouent que des parties, des facettes de la personnalité de celui qui fait sa constellation.
Il est passionnant de voir comment s’harmonisent les différents cotés de ma personnalité, tous joués par des participants.
Cela permet de travailler de manière dynamique les rapports de force entre mes différentes facettes.
Cela peut aussi être fait avec différentes pensées, différents états émotionnels, différentes pulsions ou différents états corporels qui m’habitent.
Pour les morcellements, les fractures importantes dans l’histoire d’une vie, il est riche de remettre en contact les différents « moi » à différentes époques, surtout avant et après ces fractures.
Cela donne des figurants qui tous représentent le constellé, mais à des âges différents.
Imaginez ce que vous « adolescent » pouvait communiquer à vous « adulte », ou encore à vous « nouveau-né ».
C’est une expérience très structurante, qui sert souvent à « recoller les morceaux ».
Je me souviens du cas d’un comportement bipolaire : dans ses relations, la personne passait d’une confiance aveugle à la pire des jalousies.
La constellation systémique de ces deux comportements a permis de faire émerger la troisième force qui pouvait les équilibrer.

Constellation systémique d’une phrase

Il est intéressant de faire une constellation autour d’une problématique quotidienne résumée verbalement.
Il suffit de trouver la phrase exacte qui résonne en nous, la croyance verbalisée avec précision, par exemple : « j’ai du mal à me lever le matin » ; « personne ne s’intéresse à moi » etc...
La phrase est découpée en séquences, en mots, représentés chacun par un figurant, et tout comme dans une constellation familiale… les ressentis, les émotions guident, enrichissent le travail…
Ce sont souvent des constellations riches en rebondissements. Car ces problématiques quotidiennes renvoient à des situations présentes dans nos arbres, voire à des injonctions transgénérationnelles.
Derrière des mots tout simples se cachent des histoires beaucoup moins simples !
Ce travail permet d’aborder les situations de manière très concrète et de dévoiler rapidement la charge et l’histoire qui se cachent derrière une phrase .
J’en profite pour préciser qu’un travail sur une phrase, des mots, peut n’avoir rien de verbal, mais avoir directement à faire avec les sensations associées.

Abonnez vous à la newsletter !