Est-ce que ce que le participant ressent lui appartient ?

« Est-ce que ce que le participant ressent lui appartient ou appartient au personne qu’il a joué dans la constellation? ».

- C’est en fait un mélange entre l’histoire du participant ET les autres histoires (l’inconscient collectif).

quand un participant on est choisi pour un rôle c’est qu’il y a une résonance du rôle avec la propre histoire du participant. Le participant est choisi en fonction de cette résonance, ce qui lui pemet à  lui aussi de faire son bout de chemin, d'avoir ses propres révélations. On est tous en lien.

Une immense libération !

c38fccbd 016

Comme promis à Paris, voici quelques retours des effets très concrets des stages éléments et des constellations dans mon quotidien.

(Au cours du stage j'ai eu à travailler la reconnaissance avec ma tante.....)
Cet épisode a eu des effets concrets dans mon quotidien.
..............................................il nous est particulièrement difficile de reconnaître et d'accueillir les autres éléments d'une famille et surtout de montrer de la solidarité avec les autres femmes.
Cette évidence m'a frappée comme un coup de tonnerre et m'a considérablement rapprochée de ma tante. Encore une fois ce rapprochement n'a rien à voir avec les mots : je ne trouve toujours rien à lui dire, mais nos cellules communes sont en paix : elles se sont vues et reconnues.

Pour moi, cet événement fut radical et totalement neuf: un nouveau soleil sur un autre monde : en apparence rien n'avait changé, les mêmes personnes, mais dans le fond des choses, tout, absolument tout, était différent...

Pour terminer, je tiens à dire que depuis le WE de constellation (avec mon mari) qui vient d'avoir lieu à Paris, mon quotidien a déjà changé : je vis avec un ado insouciant et heureux de la vie.
Il est insouciant, pas irresponsable : c'est-à-dire qu'il prend acte des contretemps et autres "soucis" voire lourdeurs de la vie, mais que ces événements ne pèsent plus sur ses épaules, et donc sur notre quotidien, comme avant.
Quelque chose d'indicible s'est fait la malle et son sourire est rayonnant, il y a de la place pour LUI dans SA vie, pour des moments rien qu'à lui....Et c'est tellement apaisant qu'on a rajeuni tous les deux!

Voilà ce que je tenais à partager avec vous.
Soyez éternellement remerciés, et sur plusieurs générations, pour cette immense libération que j'ai la joie d'expérimenter si concrètement dans ma vie.
Louiselle.

Quelle est la différence entre les constellations classiques façon Bert Hellinger et les constellations façon Alexandro Jodorowsky ?

differences hellinger jodorowsky
 

Constellation familiale selon Bert Hellinger et constellation familiale selon Alexandro Jodorowsky : les différences

L’esprit étant identique à la base, même si la forme peut être différente, il vous suffira de savoir que les différences les plus intéressantes entre ces deux «façons» sont à mon avis :

• l’orientation du travail sur la mémoire cellulaire, c’est-à-dire de considérer les constellations plus comme un travail sur le corps que comme un travail de prise de conscience

• l’utilisation de l’univers symbolique du Tarot de Marseille

• enfin et surtout, le soin poussé à faire travailler les participants autant que la personne qui «constelle».

La place du « constellé » : le thérapeute peut choisir d’être directif, comme un metteur en scène, pour ouvrir la conscience du constellé, ou encore de ne rien imposer, d’attendre qu’il soit prêt à accoucher de sa résolution, en partant du principe que la plus stable des résolutions est celle que l’on trouve soi, même si cela prend plus de temps. La méthode de Bert Hellinger consiste en général à laisser la personne en dehors de sa constellation, elle choisit un figurant pour la représenter. Sauf aux moments forts, étapes ou final, où elle reprend sa place dans la constellation familiale. S’extraire de son espace intérieur pour le «voir» amène une prise de conscience salutaire, une distanciation, et reprendre sa place au moment final permet d’intégrer le changement. En général je préfère que la personne joue son rôle tout au long de la constellation familiale, qu’elle reste au « milieu de l’arène », pour vivre et intégrer corporellement tout le chemin, dans sa continuité ; pour agir elle-même sur chaque étape du ressenti et dans toute sa progression.

Le rôle du temps

 dusty sky 021

 

La première fois, c’était plus un exercice de curiosité et mon premier rôle fut celui d’une grand-mère paternelle. À partir de cet instant-là, je prends contact avec mon arbre, je ré-apprivoise mon arbre.
J’ai enchaîné plusieurs constellations familiales où je me suis retrouvée inévitablement à cet étage de grands-parents ou arrière grands parents maternels ou paternels. Je remets des visages, des places à des personnages très souvent lointains de moi par éloignement ou par rejet.
Jusqu’au jour où c’est moi qui entre en scène et qui fais ma propre constellation familiale que je signe « Rencontre avec ma mère ». Quinze jours plus tard lors d’un atelier, je ne suis plus invitée en temps que grand-mère mais en tant que mère… comme si maintenant, après cette réconciliation avec ma mère, je pouvais continuer à progresser dans mon travail de reconstruction de mon identité. Il en a été de même suite à une autre constellation familiale où je suis entrée en contact avec mon père ! J’en suis à l’étage des parents maintenant… Coïncidences ?… Évolution ? Alchimie ? Il n’y a pas de hasard ! Progressions ?...
Ce que je travaille dans une constellation familiale, je m’en sers pour celle d’après et tout s’enchaîne, s’encastre comme des « poupées russes ». Cette partie reconnue, transformée, réparée fait maintenant partie de moi et je peux la transmettre lors de la constellation familiale suivante ou dans la vie. C’est comme une pierre à un édifice, comme une marche à un escalier qui permet de monter plus haut. Dans la pratique des constellations familiales, l’inconscient de l’autre flaire les richesses que je viens de gagner et me demande de les partager. Ce que je viens de gagner dans les constellations familiales, l’inconscient collectif le réclame et demande de le partager. C’est tout le côté instinctif, intuitif, animal même. Et ce partage a aussi lieu dans le réel, la vie, le quotidien ! À chaque pas, chaque étape, tout est en oeuvre vers la guérison, celle du cœur.

Autre témoignage sur l’évolution dans les constellations familiales :

Le travail en constellation est à l’image de la vie... plein de surprises, de rebondissements, d’imprévus. Je pars en « voulant retrouver ma mère » (l’image de ma mère) et, surprise : je découvre que son cœur battait pour un autre homme... Qui est mon père ?
Une autre fois, je cherche à trouver ma place avec ma sœur et c’est un frère, un enfant mort que je découvre...
Se laisser surprendre ! C’est lorsque l’on ne cherche plus que les choses se donnent.
En faisant la paix, peu à peu, je découvre mes failles, mais aussi mes ressources, et celles-là je peux les partager. De mes blessures explorées et plus ou moins apaisées surgit le sentiment d’aller vers ma vérité, le vrai visage de mon âme...
Mais ce voyage n’est pas terminé !

Le travail psycho-corporel

Le travail psycho-corporel dans les constellations façon Alessandro Jodorowsky

Il y a, en constellations familiales, des personnages qui se retrouve bloqués dans des situations et des sensations fortes. Il faut creuser pour voir quelle émotion se cache en dessous, puis quelle est la blessure sous cette émotion, puis si possible quel est le besoin primordial non satisfait.

De manière simplifiée, on peut décomposer le processus ainsi :
• Information corporelle, blocage (ex : mâchoires crispées)
• Emotions : dans l’exemple précité, colère ou tristesse qui sont souvent l’expression d’une même énergie
• Besoin fondamental non satisfait
• Nouvelles empreintes sensorielles et corporelles

Le travail d’accompagnement est très important nous sommes construits, composés de mémoires corporelles imbriquées, nous sommes comme des couches d’oignons et dans cette phases de la constellation, on «descend» dans ces mémoires peu à peu, doucement mais sûrement. Par exemple, si une personne dit qu’elle «ne sent rien» et qu’elle a les mâchoires crispées, on privilégie l’information corporelle et on peut supposer que le fait de ne rien ressentir agit comme une protection. Les mâchoires crispées sont le signe d’une émotion refoulée, la colère par exemple. Sous cette émotion refoulée, il y a une blessure, la douleur d’un besoin primordial non satisfait. Si on peut atteindre le niveau du besoin, on est tout près du noyau. Souvent il s’agit d’un besoin d’amour, de reconnaissance, de respect ou de protection. C’est dans cette étape de la constellation que l’on va re-nourrir ce besoin «corporellement» de manière sensorielle, de manière à laisser une empreinte durable dans l’inconscient. Dans notre vie de tous les jours, on n’a pas accès à cette couche profonde, vu que la blessure juste au dessus fait office d’écran, de rempart. Lorsqu’on a déterminé ce dont il a besoin, on peut faire appel aux actes rituels et psychomagiques qui parlent directement à l’inconscient.

"Est ce que la durée d'une constellation est fixée ?"

Constellation familiale rapport au temps

La plupart des thérapeutes limitent le temps des constellations familiales, j’ai appris à ne pas le faire. Souvent le travail en trans-constellations familiales ne demande qu’à évoluer, de couche en couche, et seuls la fatigue, la baisse d’énergie ou un blocage persistant viennent l’arrêter. Il m’est arrivé de conduire des constellations familiales de deux heures sans que le niveau d’énergie du groupe ne baisse, et quel résultat ! Le chemin parcouru, l’évolution effectuée par tous sont extraordinaires, les résolutions s’enchaînant les unes après les autres, l’une amenant l’autre de manière continue, dans une belle symbiose.
Le temps mis est souvent proportionnel à la profondeur atteinte. Le thérapeute peut choisir d’y être directif, comme un metteur en scène, pour ouvrir la conscience du constellé, ou encore de ne rien imposer, d’attendre qu’il soit prêt à accoucher de sa résolution, en partant du principe que la plus stable des résolutions est celle que l’on trouve soi, même si cela prend plus de temps.
La méthode de Bert Hellinger consiste en général à laisser la personne en dehors de sa constellation, elle choisit un figurant pour la représenter, sauf aux moments forts, étapes ou final, où elle reprend sa place dans la constellation familiale. S’extraire de son espace intérieur pour le «voir» amène une prise de conscience salutaire, une distanciation, et reprendre sa place au moment final permet d’intégrer le changement. En général je préfère, suivant l’enseignement d’Alexandro Jodorowsky, quand la personne
joue son rôle tout au long de la constellation familiale, qu’elle reste au «milieu de l’arène», pour vivre et intégrer corporellement tout le chemin, dans sa continuité; pour agir elle-même sur chaque étape du ressenti et dans toute sa progression.

 

Abonnez vous à la newsletter !